Petition Tag - maroc

1. Violences sexuelles : halte aux excuses, il faut abroger les lois néfastes

En Algérie et en Tunisie, des violeurs évitent toute sanction en épousant leur victime mineure. Au Maroc et au Sahara occidental, ce n'est heureusement plus le cas. Cependant, la loi ne protège toujours pas correctement les personnes ayant subi des violences sexuelles.

2. Démission du Ministre Marocain de la Justice

Suite à la grâce dont bénéficia le pédophile Espagnol ayant violé 11 enfants Marocains, nous appelons à la signature de cette pétition en faveur de la démission du Ministre Marocain de la justice dévoilé comme irresponsable et incapable de défendre un valeur aussi brave que la JUSTICE.

3. Lettre ouverte aux participants à la CoSP4 رسالة مفتوحة إلى المشاركين في

Lettre ouverte aux participants à la 4ème session de la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la Corruption (CNUCC), qui se tient à Marrakech (24-28 octobre).


رسالة مفتوحة إلى المشاركين في الدورة الرابعة لمؤتمر الدول الأطراف في اتفاقية الأمم المتحدة لمكافحة الفساد

4. Contre Driss Lachgar

Driss Lachgar veut se présenter à Rabat. Des Dinosaures, à travers le pays, sont en train de faire la même chose. Le bureau politique de l'USFP va trancher prochainement. Il faut qu'ils comprennent que les gens ne veulent plus de ceux là, et surtout pas de Driss Lachgar. Il a déjà causé pas mal de préjudices à sa famille politique et à la politique en général!

Tandis que la rue bouillonne et appelle au changement, L’USFP tournerait le dos au peuple et proposerait les mêmes dinosaures dont le peuple s'est lassé.

5. Stop polluting my town ! arrêtez de polluer notre Ville

Notre ville vient de connaitre une catastrophe chimique suite aux fuites de gaz toxique en provenance de l'une des unités de l'Office Cherifien des Phosphates a Safi , ce qui a dû atteindre la populations locale en les asphyxiant, cette pétition vient pour dire aux autorités d'arreter leur négligence ! que cet établissment arrete le non respect de mesures de sécurités suseptible de reproduire la meme catastrophe , pensez a l'avenir de vos prochains plus qu'a l'avenir de vos caisses.

6. Pour une fédération Royale Marocaine de Triathlon

Mehdi Essadiq est un Triathlète marocain, originaire de Kénitra ,qui pratique le Triathlon au sein d’un club Français. Il est Ex-Champion d’Afrique Junior de Triathlon en 2007 et 2008.Récemment il vient d’occuper la 4éme place dans les Championnats d’Afrique de Triathlon qui vient de s’achever à Durban en Afrique du Sud..

Nous avons d'autres Triathletes de renommé internationale éparpillés aux quatre coins du monde.Nous risquons de perdre tous ses Triathletes si une fédération de Triathlon ne voit pas le jour dans les prochaine jours.

7. Stop au harcèlement sexuel au Maroc

Parce que vous êtes une femme ou une jeune fille et que vous ne supportez plus les agressions verbales et le harcèlement sexuel auxquels vous êtes exposée à la rue comme au travail,

Parce que vous êtes un homme et que vous n'aimez pas savoir que votre soeur, votre mère ou une proche de votre entourage peut subir un harcèlement sexuel à chaque fois qu'elle sort de chez elle,

Parce qu'il existe au Maroc un projet de loi contre le harcèlement sexuel qui prévoit amendes et peines de prison pour ceux qui manquent de respect aux filles et aux femmes marocaines,

Unissons nous tous et signons cette pétition pour demander au parlement de débattre et d'entériner ce projet de loi, en attente depuis deux ans, afin d'offrir aux marocaines le droit de marcher dans la rue sans être inquiétées par les harceleurs.

8. Tous pour une crèche à Technopolis Rabat

Le site industriel de Rabat "Technopolis" implémenté par le gouvernement du Maroc ne dispose pas d'une crèche pour faciliter la tache aux chefs de famille qui se trouvent dans la difficulté de prendre en charge leurs petits enfants à 12 kms du centre ville de Rabat.

9. Pour la libération de Zahra Boudkour et de ses camarades

Zahra Boudkour, étudiante en droit, est la plus jeune détenue politique au Maroc. Elle a été arrêtée ainsi que 17 de ses camarades pendant une manifestation étudiante violemment réprimée par les forces de l'ordre.

10. LIberté au memebres arretés du groupe MALI?

Six militants du Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (MALI) ont été arretés par les autorités marocaines dans la nuit du 15 au 16 septembre.
Le 13 septembre, ce collectif a tenté d'organiser un pique-nique public pour revendiquer l'abrogation du décret 222 du code penal marocain qui interdit la rupture du jeune pendant le ramadan.

Cette revendication s'inscrit dans une volonté plus large d'obtenir la liberté de culte au Maroc. En effet la loi marocaine ne reconnaît que deux religions. Les marocains de confession juive sont soumis à des lois qui leur sont propres et les autres sont automatiquement considérés comme musulmans et traités comme tels par le code pénal.

La répression policière que subissent ces militants s'accompagne de menaces de mort quotidiennes de la part de barbus-fascistes qui eux bizarrement ne sont pas poursuivis. Ce laxisme n'est autre qu'une façon d'encourager ces personnes à commettre des actes haineux. Il n'y a qu'à lire la déclaration de la très gouvernementale agence de presse marocaine pour s'en rendre compte.

Le but de ce groupe est de soutenir les militants de MALI, et de réaffirmer notre attachement à la liberté de culte, il ne s'agit pas d'inciter les gens à ne pas jeuner, chacun fait ce qu'il veut.

11. Appel pour un front d'ingénieurs marocains uni

Nous saluons avec chaleur la mouvance qu'a connu l'ingénierie marocaine depuis la création du Syndicat National des Ingénieurs Marocains (SNIM) et la reprise de l’Union National des Ingénieurs Marocains (UNIM).

Les efforts fournis par les deux organisations ont abouti au bon diagnostic de l’état du corps des ingénieurs marocains et ont formulé chacun son dossier revendicatif.

Déposés auprès du gouvernement marocain depuis 2007, aucune revendication n’a été prise au sérieux et nous sentons des tentatives de dispersion de notre corps en jouant sur les différences entre l’UNIM et le SNIM.

12. DABA 2012 POUR TOUS

DABA 2012 POUR TOUS, Campagne des Marocains du Monde pour une Citoyenneté Effective au Maroc.

13. De la clarté, de l’ambition et du courage

PÉTITION
APPEL A UN RÉVEIL DU PEUPLE DE GAUCHE

LA GAUCHE EST MORTE.
VIVE LA GAUCHE !

En moins d’une décennie, la Gauche marocaine - et en particulier l’USFP - a perdu la quasi-totalité de son influence au sein de la société.

Les taux de participation catastrophiques et les résultats électoraux aux législatives de 2007, puis aux communales de 2009, sont des symptômes qui ne peuvent pas être banalisés. Mais plus grave encore, la majeure partie de la Gauche marocaine, après avoir perdu toute son influence, persiste et signe, jusqu’à en perdre son âme.

Compromission,
Manque d’ambition collective,
Manque de courage politique,
Calculs à court terme qui mettent à nu l’absence d’une vision pour l’avenir du Maroc…

Force est de le reconnaître. Le Présent de la Gauche Marocaine interroge sur son Futur. Son Avenir, lui, est tributaire de l’engagement de chacun, aujourd’hui.

Il ne serait que temps pour nous tous, peuple de la Gauche, Militants, Sympathisants et Electeurs de prendre nos responsabilités.

Signons cet appel pour entamer la discussion, rédiger une plateforme idéologique et politique de gauche. Construisons la force de Gauche de demain. Une Gauche où l’engagement est synonyme de Clarté, d’Ambition et de Courage.

Et surtout, organisons-nous vite, car malgré et contre tout scepticisme, le Maroc peut changer. Il faudrait seulement, que nous soyons un peu plus nombreux à le vouloir vraiment.


نداء من أجل صحوة جماهير اليسار

اليسار مات، فليحيا اليسار


في أقل من عشر سنوات، فقد اليسار المغربي -وخصوصا حزب "الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية"- جزءا مهما من التأثير الذي كان له داخل المجتمع.

نسب المشاركة الكارثية ونتائج الانتخابات التشريعية في 2007، ثم نتائج الانتخابات المحلية في 2009 هي أعراض لا يمكن التغاضي عنها أو تجاهلها. لكن الأخطر من ذلك كله أن اليسار المغربي، بعد أن فقد كل تأثيره، ما يزال مصرا على الاستمرار حتى لو فقد مقابل ذلك روحَه.

تواطؤات
غياب الطموح الجماعي
غياب الشجاعة السياسية
حسابات على الأمد القريب تُعرّي غياب رؤية حقيقية لمغرب المستقبل.

ليس أمامنا إلا نعترف بهذه الحقيقة: حاضر وواقع اليسار المغربي يطرح عدة تساؤلات حول مستقبله. لكن هذا المستقبل رهين بالتزام كل واحد منا، اليوم قبل الغد.

لقد حان الأوان لنا جميعا، شعب اليسار، مناضلين، مُحبّين وناخبين لكي نتحمل مسؤولياتنا.

لنوقع هذا النداء لكي نبدأ نقاشا حقيقيا ولكي نُؤلّف أرضية إيديولوجية وسياسية لليسار. لِنَبنِ قوى اليسار المستقبلي. يسار سيكون فيه الالتزام مرادفا للوضوح والشفافية، للطموح وللشجاعة.

أكثر من ذلك؛ لننظم أنفسنا بسرعة، من أجل مغرب أفضل. نحن نؤمن أنه، رغم الخوف والشك والإرتياب، فإن هذا المغرب قابل للتغيير. علينا فقط أن نؤمن جميعا بذلك وأن نرغب في ذلك فعلا

14. Pour un durcissement des peines contre la pédophilie au Maroc

Depuis 2004, le Maroc connaît une recrudescence de l'exploitation sexuelle, à travers le tourisme sexuel pédophilique, faisant du Maroc le troisième pays dans le domaine de la pédophilie, derrière la Thailande et le Brésil.

Le Code pénal marocain ne prévoit que 5 ans de prison pour un viol d'enfants, pire encore, dans les faits, les juges donnent dans la majorité des affaires, des peines dérisoires (de quelques mois à 2 ans de prison) à l'encontre des pédophiles et de leurs rabatteurs.

Très souvent, des procédures contre des pédophiles étrangers restent sans suite, du fait que les autorités craignent de porter préjudice au tourisme en ternissant la réputation du pays.

Ces faibles peines ne dissuadent pas ces pédocriminels, bien au contraire les affaires de pédophilie et de pornographie infantile sont en constante augmentation au Maroc.

15. En solidarité avec les habitants de Sidi Ifni - Ait Baamran

Sidi Ifni : le retour des années de plomb au Maroc ?

Le 30 mai dernier à Sidi Ifni, ville portuaire du Sud marocain d’environ 40 000 personnes, s’organisait de manière spontanée un sit-in à l’issue de la proclamation des résultats d’un recrutement public de quelques agents contractuels. Une centaine de « diplômés-chômeurs » laissés sur le carreau entendaient ainsi dénoncer l’absence totale de perspective de développement local malgré les très nombreuses promesses des autorités régionales.

Le 7 juin, après une semaine de blocage du port, un navire débarque avec à son bord des centaines de membres de la Compagnie Mobile d’Intervention. La presse et les associations locales rapportent qu’entre 150 et 300 personnes environ seront arrêtées et conduites les yeux bandés vers une destination inconnue tandis que des forces de l’ordre venues de tout le territoire occupent massivement la ville. D’après les témoignages, des acteurs associatifs, dont le responsable local du Centre marocain des droits humains, auraient été immédiatement interpellés et les protestations de la population violemment réprimées. Sidi Ifni est en état de siège. Dès le lendemain de l’occupation de la ville, une marche pacifique composée essentiellement des femmes de Sidi Ifni est également violemment réprimée. Un effectif de forces de l’ordre de 1300 éléments aurait été déployé selon la presse marocaine.

Associated Press (AP) et Al-Jazira, relayant le Centre marocain des droits humains (CMDH), ont fait état de plusieurs morts. Des vidéos circulant sur internet montrent les forces de l’ordre prenant d’assaut des domiciles et des habitations privés. De nombreuses associations dénoncent les viols et les vols qui auraient été commis lors de ces irruptions dans les maisons de Sidi Ifni. Par ailleurs, des journalistes indépendants marocains rapportent que la police aurait confisqué les outils de communication (GSMs, PCs, etc.) tombés en sa possession afin d’isoler la ville.

Reporter Sans Frontières (RSF) dénonce par ailleurs le retrait de l’accréditation du directeur du bureau de la chaine qatarie au Maroc. Et ce, précise RSF, alors que la Justice marocaine n’a pas encore rendu son verdict dans le procès de ce journaliste co-inculpé, avec un représentant du CMDH, de «diffusion de fausses nouvelles » dans le cadre de la couverture des évènements de Sidi Ifni.

Les Autorités marocaines réfutent en effet tant l’usage d’armes à feux que tout décès survenu lors de leurs opérations. Interpellé par le parlement sur les accusations de viols et de vols émanant de nombreuses associations ainsi que de personnes s’en déclarant victimes, le quotidien marocain Le Soir Echos rapporte que le ministre de l’Intérieur a déclaré: « Jusqu’à présent, nous n’avons pas reçu de plainte officielle sur ces sujets ».

La Chambre des représentants a quand à elle décidé de constituer une commission d’enquête, au motif que les évènements de Sidi Ifni ont « été marqués par des informations et rumeurs contradictoires », confirme un communiqué du Parlement marocain.

Cependant, au regard de toutes les commissions d’enquête qui se sont multipliées sous le pouvoir de Mohammed VI, il convient d’en relativiser la portée. En effet, aucune Commission d’enquête au Maroc, qu’elle constate des violations graves des droits humains ou de simples fraudes, n’a jamais permis de déclencher la moindre action judiciaire. Il nous paraît dès lors aujourd’hui indispensable d’alerter l’opinion publique sur le sort réservé aux habitants de Sidi Ifni.

Par ailleurs, Sidi Ifni n’est pas un cas isolé et témoigne de la propension de plus en plus avérée du régime marocain à réprimer une contestation sociale dont les principales revendications constituent pourtant les fondements même d’un Etat démocratique moderne : la fin de la corruption et le respect des droits politiques, sociaux et économiques les plus élémentaires.

En ce sens, les signataires du présent appel expriment leur pleine et totale solidarité avec la population de Sidi Ifni et condamnent formellement dans son principe toute répression de revendications sociales ou politiques. Nous exigeons dés lors la levée de toutes les mesures d’exception qui frappent encore Sidi Ifni ainsi que la démilitarisation immédiate et inconditionnelle de la ville.

Les signataires réclament également la libération rapide des manifestants encore détenus ainsi que l’abandon de toutes les charges qui pourraient être retenues contre eux.

Enfin, nous demandons une enquête véritablement indépendante et impartiale afin de faire toute la lumière sur les « évènements de Sidi Ifni ». Si une telle enquête devait constater les exactions dénoncées, nous exigeons l’application la plus stricte du droit marocain ainsi que des traités et conventions ratifiés par le Maroc, notamment en cas d’assassinats, de viols, de tortures, de rafles et de perquisitions illégales.

Souhail CHICHAH (Chercheur ULB)
Aziz MKICHRI (La Voie démocratique-Section de Belgique)
Mohamed BENZAOUIA (Travailleur associatif)
Souhail CHENTOUF (USFP)
Luc VANCAUWENBERGE (Centre International)
Said EL AMRANI (Le Parti Socialiste Unifié- Section de Belgique)
Messaoud OURIAGHLI (PSU)
Mustapha BENTALEB (Conseiller communal Ecolo)
Pierre-Yves LAMBERT
Said ALAMI
Olivier MUKUNA (Journaliste)
Omar EL ABBOUTI (PSU)
Youssef DHAIBA (PSU)
Abdelghani BEN MOUSSA
Rachid ZEGZAOUI
Fatima AGRARI
Ahmed BAKKALI (USFP/ Bruxelles)
Sandrine CORTEN
Nouria OUALI (Chercheure ULB)
Abdelilah LAHBAILI
Abdeslam SARIE (Dounia News)
Elfatmi ALAOUI (PSU)
Dan VAN RAEMDONCK (Professeur ULB)
Mohammed FIKRI
Lucien BELVAUX
Mohamed BELMAIZI (Ecrivain)
Mohamed R'BAIBI (USFP Belgique/Syndicaliste à la FGTB)
Fadi BENADDI
Said LAMKADEM
Fatima GOURADA
Abdelkhaelk Gharrafi ( technicien informatique)
Benedicte HOMERGEN (SOS Migrants )
Hatim EL ASSRI (SOS Migrants )
Farida MEHIA (SOS Migrants )
Francine KOUABLAN (SOS Migrants)
Ali GUISSE (SOS Migrants )
Abderrazak Lazaar (Militant des droits de l’homme)
Hamid Bousghir (La Voie démocratique-Section de Belgique)
Mhammed Driouach (PSU section Belgique)
Said Boudouira (PSU section Belgique)
Abdelkhalek Gharrafi
Moustapha Qoriche
Moulay Elotmani (Educateur)
Fotoula Ioannidie (Animatrice)
Bob Roeck (Ex-délégué Caterpillar)
David Pestieau (Rédacteur en chef Solidaire)
Katia Van den Broucke (Groen)
Raymond Boucher (Syndicaliste)
Riet Dhont (PTB)
Philippe Santini (Etudiant ULB)
Nordine Saïdi (Mouvement Citoyen Palestine)
Nacira Bouaich
Chris Den Hond (LCR)
Paulette Pierson Mathy (Professeur honoraire ULB)
El Mahdi MADMAD
Karim MAJOROS (Militant ECOLO)
Walter DEVRIENDE (Parlementaire Fédéral Groen)
David COURIER (Journaliste)
Jean-Marie COEN (Porte-parole d'Attac Wallonie-Bruxelles)
Céline Delforge (Parlementaire bruxelloise Ecolo)
Kamal EL MESSAOUDI (Voie démocratique-section de Belgique)
Elizabeth Cohen
Selma Benkhelifa (Avocate)
Abdelhamid Messaoudi
Fouad Lahssaini (Député fédéral Ecolo)
Abdesselam Makhfi
Aouttah Khaled
Mounim Nounouh (militant progressiste)
Sfia Bouarfa (Sénatrice PS)
Saïda Lamouatagh (Attachée parlementaire PS)
Khadija Agday (Citoyenne marocaine)
Pedro DA NOBREGA (France)
Felipe Van Keirsbilck (président de la CSC Bruxelloise)
Raymond COUMONT (président de la CSC Wallonne)

16. مبادرة المدونين المغاربة لانقاد منظومتنا التعليمية

Mes amis,

L'initiative qu'une partie de blogueurs ont prise pour une réflexion a été féconde. Un débat d'idées sur le fond et la forme de l'action que peut prendre l'actions de blogueurs voulant réagir aux problèmes de l'éducation nationale.

L'échange a permis de poser plusieurs questions sur le diagnostic, les résultats, les outils, les responsabilités, ... bref tout ce qui touche cette problématique complexe. Le civisme qu'a démontré les blogueurs dans cette réflexion est parleur : La BLOGOMA est citoyenne!

Notons ici que ce texte n’est pas définitif, il n’est pas figé, il est évolutif de nature ! Nous sommes ouverts à toutes les propositions et les commentaires.

17. Pour la fin de l’Occupation espagnole des territoires marocains: Sebta (Ceuta), Mlilya (Melilla) et les îles

La présence coloniale espagnole continue aujourd'hui au nord du Maroc à travers pas moins de onze colonies:

Deux grandes villes :
• Sebta (Ceuta) : située près la ville de Tétouan, d'une superficie de 18,5 km² à 20 km² , elle a été occupée par les Portugais en 1415 avant de passer sous la domination espagnole en 1640.

• Mlilya (Melilla): située près de la ville de Nador, d’une superficie de 20 km², elle a été occupée au début de l’expansion coloniale espagnole en 1497.

Cinq bases militaires installées sur les îles suivantes :

• Nkor (Le Penon d’Alhucemas ainsi que deux îles avoisinantes Isla de Mar et Isla de Tierra) : situées à 300 m des plages d’Al Hoceima, d’une superficie de 15 ha et sa colonisation remonte à 1673.

• Badis (Vélez de la Gomera) : presqu’île située près du village Torres, à Beni Boufrah, Targuist. Sa superficie est de 1,9 hectare et sa dernière occupation date de 1564.

• Al-Jaafarya (Chafarinas), trois îles situées à 3,5 km du village marocain Ras El Maa près de l'embouchure de l'oued Moulouiya. D’une superficie totale de 52.5 hectares et la première occupation date de 1848 sous le règne d'Isabelle II.

• Leila (Perejil) : île située à l’est de Tanger, d’une superficie de 1,35 km2, Leila est une nouvelle colonie espagnole datant de juillet 2002.

• Alboran : île située à 50 km des côtes marocaines et à 92 km des côtes espagnoles. D’une superficie de 7,12 ha et son occupation date de 1540.

18. Appel pour la refondation de l'Union Socialiste des Forces Populaires

نداء من أجل إعادة بناء الاتحاد الاشتراكي

19. Les arrestations arbitraires des militants du MCA

Répression, drapeau brulé, portrait de Lounès Matoub déchiré

Mise au point sur les événements que connaît l’université d’Agadir au Maroc et les quartiers avoisinants

Après l’échec du makhzen et ses relais dans ses tentatives de mise a mort du mouvement culturel amazigh dans et en dehors de l’université (les coordinations), la faculté des sciences de l’université d’Agadir a fait l’objet d’actes criminels et barbares le mercredi 02mai et le 20 avril 2007 a savoir : Une attaque surprise commandée par une horde d’étudiants acquis aux soi disants frontistes.

Ces derniers ont ciblé quatre militants du Mouvement Culturel Amazigh qui étaient dans leur séance de travaux dirigés. Bilan : une épaule fracturée du militant Hichame. H et de graves blessures a la tête, les autres militants ont eu des blessures diverses.

Croyant à la primauté du dialogue et au bannissement de la violence au sein de l’université, nous avions tenu un meeting en plein public a l’entrée de la faculté des lettres et avions demandé aux agresseurs de s’expliquer sur cette agression barbare mais sans résultat .Cependant ces agresseurs ont tenu un cercle de discussion à la cité universitaire au cours de laquelle ils ont déclaré leur intention d’affronter le MCA et de l’éradiquer de l’université. ils ont également taxé les Imazighen de tous les bas mots (chlihat mulana, les amazighs les trouillardes créatures de dieu, les rats etc.) Malgré toutes ces provocations, nous, MCA, nous sommes engagés dans notre meeting dédié au dialogue jusqu’a la fin prévue de ce débat à savoir minuit. Nous voulions par cela éviter tout effusion de sang et toute confrontation physique. cependant le siège frappé sur la cité universitaire par ces mercenaires frontistes et l’agression encore une fois de nos militants ne nous ont laissé aucune autre alternative que de nous engager pour nous défendre pour préserver notre dignité, notre liberté et notre organisation.

Le jour suivant nous sommes surpris par les forces de répression et les services secrets qui ont violé les domiciles et les chambres des militants amazighs. Ils en ont arrêté arbitrairement trente. les militants Salem. A, Mbarek. B et Brahim. H se sont vu attribués des chefs d’accusation mensongers tel que le vol .alors que ce sont ces même hordes arabistes qui ont fait effraction dans les chambres des militants amazighs et y ont volé et détruits leurs affaires personnelles (ordinateurs, livres, documents scolaires, habits, argent..), ils ont même brûlé des chambres sous le regard des responsables de la cité universitaire et sous la protection des appareils répressifs makhzeniens.

Nous avions contacté le directeur de la cité universitaire pour qu’il intervienne et assume sa responsabilité dans ce qui se passait. il nous a répondu texto : « c’est la loi da la jungle, chacun doit se défendre soi même ». Le vendredi, ces hordes arabistes et toujours sous la protection flagrante des forces makhzenienne, ont provoqué et giflé des militantes amazighes (Aicha. B, Fatima. K, Nadia. T...).Ils ont continué a menacer et provoquer publiquement et délibérément les étudiants, ont arraché la revue murale aux faculté des Lettres et des Sciences,ils ont aussi brûlé le drapeau amazigh et ont mis un autre au sol à l’entrée de la cité universitaire en obligeant les étudiants de le fouler de force pur exprimer leur haine a l’égard du peuple amazigh.

La nuit du samedi les forces de répression makhzenienne. ont pris d’assaut une autre fois l’enceinte universitaire pour arrêter dix autres militants amazighs sous l’applaudissement des hordes arabistes de mèche avec elles.

Elles ont également assiégé les domiciles des militants amazighs pour assurer l’accès des hordes arabistes à l’université. où elles ont pu perpétrer d’autres agressions le lundi. les arabistes ont ainsi violenté les amazighophones dont l’étudiant Elyounsi qui souffre de graves blessures et a été transporté a l’hôpital de Marrakech, un ouvrier a été lâchement poignardé a l’entrée de la faculté.

Mardi nous avions organisé un débat pour mettre au clair ce qui se passe à l’intention de l’opinion estudiantine. Lorsque nous étions en train de réafficher les revues murales aux facultés des sciences et des lettres, nous étions surpris encore une fois par les forces du makhzen arabiste qui nous avaient assiégés et agressés violemment encore une fois. elles ont ensuite arrêté cette fois-ci 19 militants amazighs, 12 d’entre eux ont été retenus au commissariat pendant plus de vingt quatre heures où ils ont subi les affres de la police moyenâgeuse. la violation des domiciles s’est poursuivie ainsi que la confiscation des portrait du martyr Lounès Matoub et le drapeau amazigh.

Le mercredi 09 mai la horde arabiste sous la protection du makhzen arabiste continue toujours ses rondes de gangsters dans les rues a la recherche de nouvelles proies. Siham. R est leur nouvelle victime qu’elles ont insulté et violenté, elles lui ont également volé ce qu’il avait en sa possession.

La détention des 7 militants a duré plus de 48 heures, 4 ont été libérés et les deux autres sont toujours illégalement détenus, nous n’avons aucune information a propos d’eux jusqu’à maintenant.

Nous espérons que les réactions de soutien seront nombreuses et fraternelles.

20. Réseau international pour le soutien du projet d'autonomie au Sahara occidental RISPASO

Le problème du Sahara, le dernier conflit résiduel de la guerre froide, qui dure depuis plus de trois décennies constitue un foyer de tension permanent dans la sous région du Maghreb et une pierre d’achoppement face à la construction d’un espace économique maghrébin.

Les considérations géostratégiques qui le sous tendaient au début des années soixante dix ne sont plus, depuis un bout de temps déjà, d’actualité mais malheureusement les gouvernants d’Alger persistent dans leur velléité d’amputer le Maroc d’une partie de son territoire.

Soucieux de préserver les relations multiséculaires qui unissent les peuples algérien et marocain et de regarder vers l’avenir commun qu’ils doivent impérativement partager le Maroc vient de soumettre à l’ONU un projet d’autonomie pour ses provinces sahariennes dans la perspective d’un règlement définitif de ce conflit artificiel.

Nous vous demandons de bien vouloir signer cette pétition et la diffuser le plus largement possible pour appuyer cette initiative marocaine.

Copies de cette pétition et des signatures seront adressées au Secrétaire général des Nations Unies, aux pays membres permanents et non permanents du conseil de sécurité, aux chefs d'états, maghrébins et africains. Enfin aux partis politiques maghrébins et aux principales associations civiles maghrébines
Des versions en Anglais, en Arabe et en Espagnol seront sous peu mises en ligne.

21. Sign to make RAM (Royal Air Maroc) unban prayers time

Moroccan airline bans prayer time
By Richard Hamilton
BBC News, Rabat
http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/1/hi/world/africa/6120324.stm

Morocco’s state airline Royal Air Maroc has banned its staff praying at their offices and headquarters.

The company says that in the past its workers have abused the privilege of praying, by taking too much time away from their desks and their customers. But the airline’s workers as well as Islamist politicians say it is part of a crackdown on their religious freedom. Praying is one of the five pillars of Islam and regarded as a crucial part of a Muslim’s way of life.

The state airline, partly owned by the Moroccan royal family, is a great source of pride and prestige in the country.

But this latest move threatens to exacerbate divisions in Morocco. Workers say that they have been banned from praying at work and that a number of prayer rooms have been closed and that they are forbidden from going to the mosque during work hours.

The company would not give an interview but issued a statement saying that while there is no official ban on praying, they had to do something to stop people taking lengthy breaks away from work.

But critics say the issue of praying, like the veil, is part of a more sinister move to rob the country of its Islamic roots.

Political
“I feel very angry about this decision,” says Moustapha Aramid from the Islamic Party for Justice and Development.

“Moroccans have had their liberty and their religious freedom taken away from them. It is very damaging. Royal Air Morocco obviously has absolutely no respect for Islam.”

Analysts say the ban on prayers is really a political move aimed at stamping out radical Islamism.

When an alleged terrorist cell - Ansar el-Mehdi - was broken up earlier this year - two of the suspects charged were the wives of two Royal Air Morocco pilots.

There is a feeling that the company had to do something to respond. Other complaints from airline staff are that pilots and stewards were not allowed to fast during the month of Ramadan and that female staff are not allowed to wear the veil - although that has been an unwritten rule at many companies for several years.

These issues are becoming a focal point for some very hard questions being asked of this moderate Arabic country - something that is causing serious friction between liberals and traditionalists.

Story from BBC NEWS:
http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/1/hi/world/africa/6120324.stm
Published: 2006/11/06 10:49:41 GMT

22. Dissolve the Moroccan FA (FRMF)

We the Atlas Lions fans worldwide are fed up with the bad results of the Moroccan national team and the bad management of the Moroccan FA.

Due their policy we missed the World Cup in Germany and were eliminated from the first round of the African Cup of Nations 2006 and 2008.

We demand the resignation of the FA's members who brought us nothing but shame and disgrace.

..............................................................................

Cette petition est en ligne afin de dissoudre la Federation royal marocaine de football principal responsable de l'hecatombe du foot marocain.

Durant le mandat du bureau federal le seul resultat positif est finale CAN 2004 demi finale Juniors 2005 (CAN & WORLD CUP) par contre on a etait disqualifier des coupes du monde 2002 & 2006, sortis du premier tour (CAN 2000 & 2002, 2006, 2008) Jeux olympiques (2000, 2004, 2008) Etat des stades au Maroc et encore beaucoup plus.. BENSLIMANE doit partir avec tous son bureau.."